Quelques conseils pour passer de Bonnes Fêtes !

Petits conseils pratiques pour nos amis à poils

Nous approchons de cette fin d’année à grands pas et pensons déjà à préparer les fêtes afin qu’elles soient un moment de partage en famille dont font naturellement partis nos compagnons à quatre pattes.
Il faut cependant connaître les risques inhérents à cette période afin qu’ils puissent, eux aussi, profiter de ces instants en toute sérénité.
Nous allons donc vous présenter la liste non exhaustive des accidents potentiels les plus fréquents à éviter :

 1.     Le sapin de Noël :

Bien qu’il soit un objet décoratif traditionnel, le sapin peut constituer par certains aspects un danger pour nos animaux. Il faut tout d’abord trouver un emplacement permettant à la fois qu’il puisse être apprécié de tous en évitant d’être escaladé ou mâchonné.

Eviter donc de le mettre près de meubles pouvant servir de tremplin. Et si les branches les attirent, il est toujours possible de pulvériser un répulsif dessus.
Si vous le décorez d’une guirlande électrique, l’approcher au maximum de la prise afin de limiter la longueur des cordons et risquer l’électrocution. Voire fixer les câbles en hauteur ou les protéger d’une gaine protection afin d’éviter qu’il ne soient mâchouillés.
De même attention à la « fausse neige » si vous avez un chien.


Sapin de Noël

Sapin de Noël

L’attacher peut également éviter un risque de chute surtout si vous avez un chaton escaladeur ! Cette chute pouvant avoir de graves conséquences pour votre minou.

Aussi il est recommandé de le mettre dans un coin de pièce, attaché si besoin par des crochets aux murs ou un fil de pèche au plafond.

De même balayer quotidiennement autour de votre sapin car les aiguilles qui tombent peuvent également être à l’origine de vomissements et gastro entérites.

 2.     Les décorations :

Bien que certaines décorations fassent un très bel effet, elles peuvent aussi attirer l’œil de nos petits amis qui se feront un malin plaisir de tenter de les attraper et risqueront de les ingérer. L’obstruction intestinale est alors une complication pouvant être fatale.
Aussi éviter au maximum les ficelles, les accroches métalliques, les « glaçons » en verre, les rubans…

Préférer les décorations en plastique et non en verre qui, suite à une chute, peuvent se briser et risquer de blesser leurs petits coussinets. Attention aussi au bolduc qui entoure vos emballages cadeaux, les chats  et chiots en raffolent. Mettez donc vos présents au dernier moment au pied du sapin et surveillez les.

decoration noël

decoration noël

3.     Les intoxications : 

Comme beaucoup le savent, le chocolat est un met incontournable mais qui est toxique pour nos petits compagnons. Malgré cela il peut être apprécié, surtout par le chien, qui ne se gênera pas pour s’attaquer à la boite et en ingérer le contenu, emballage inclus !
Aussi penser à ranger les friandises dans un placard fermé et en hauteur si vous devez vous absenter du domicile et le laisser seul. Cela vous évitera de courir aux urgences à votre retour.

Les raisins, qu’ils soient frais ou secs sont également à éviter car ils peuvent être néfaste pour leur fonction rénale.

Les oignons et l’ail sont également interdits tant crus que cuits, responsables d’anémie mortelle, de même que la viande crue à éviter compte tenu du risque de Salmonellose.

Les os de la dinde ou du chapon festifs sont également des risques d’obstruction voire de perforation digestive, aussi tenter de les retirer avant de donner le petit extra de Noêl.

Enfin n’oublions pas les plantes telles que le Gui, le poinsettia ou le Lys.

 

Dangers des fêtes

Dangers des fêtes

4.     Les excès alimentaires :

L’association entre l’effervescence des fêtes et la tendance à faire quelques excès conduit à une baisse de vigilance quant au régime de nos animaux et à vouloir leur faire partager nos petits plats. Cette attitude est ainsi propice à favoriser les gastro-entérites voire induire des pancréatites par une alimentation trop riche et trop grasse (foie gras de canard, charcuteries, saumon fumé…).

Aussi n’exagérons pas, il est plus judicieux d’éviter ces écarts que de les rendre malades.

N’hésitez pas à avertir vos invités, surtout les enfants car, occupés à la gestion de la fête, vous pourriez ne pas être capable de surveiller les faits et gestes de votre animal.
De même attention à l’accès à la cuisine et surtout aux poubelles car même après la soirée, les odeurs se dégageant des lieux sont suffisantes pour inciter votre animal à ingérer ou lécher les restes  qui peuvent avoir les mêmes conséquences.

5.     Les fugues, les morsures :

Si vous recevez du monde, n’hésitez pas à garder à l’écart votre compagnon si ce dernier est peu sociable ou risque de s’échapper par peur des bruits et des inconnus.
S’il est utile de sociabiliser un jeune animal en lui montrant diverses personnes, la confrontation brutale avec de nombreux individus peut être stressante et mal vécue.

Les évasions sont également favorisées par les allées venues des personnes.

De même ne favoriser par les contacts forcés, surtout avec les enfants car les risques de morsure par peur ou irritation sont ainsi favorisés.
Les chats sont particulièrement sensibles à ce genre de situation et les laisser au calme en aménageant leur coin repas et leur litière est souvent la meilleure solution.

 6.     Le chiot/chaton de Noël :

L’animal de compagnie est également un choix de cadeau en ces périodes de fêtes.
Cette décision doit être le fruit d’une profonde réflexion et de l’accord de l’ensemble des membres de la famille car il n’est pas un objet.

Il y à actuellement une saturation des refuges du fait de l’abandon de ces « cadeaux potentiels ». Sans vouloir faire d’anthropomorphisme, tout animal engage des responsabilités et des choix.

Il nécessite des soins quotidiens et du temps, des frais d’entretien ou en cas de maladie/accident. Dès le plus jeune âge, son éducation est une étape fondamentale mais chronophage qui nécessite de la patience et de l’engagement.
En vieillissant, il pourra présenter des affections plus ou moins chroniques qui nécessiterons un suivi médical afin d’en minimiser les conséquences.
Souvent souhaités par les enfants qui jurent de s’en occuper, ceux ci se dégageront rapidement de ces obligations. Aussi les parents devront s’en occuper.

Le choix de la race peut également être déterminant. Il faudra penser au format en fin de croissance, au tempérament, aux besoins en fonction du milieu et mode de vie, aux prédispositions pathologiques…
Le mode et lieu d’adoption sont également déterminants.

 

N’hésitez pas alors à préparer sa venue en questionnant infirmières et vétérinaires.

Ces conseils donnés, toute l’équipe de la clinique vétérinaire Nicea vous souhaite de passer

D’excellentes fêtes de fin d’année 2014.

Logo - clinique veterinaire nicea