La médecine préventive surpasse la médecine curative

Historiquement développée en médecine humaine dès le début du XXème siècle avec les campagnes de vaccination, le concept de médecine préventive s’est progressivement instauré en médecine vétérinaire.

Ainsi la vaccination de nos compagnons est désormais d’usage et permet d’éviter la transmission de maladies virales ou bactériennes mortelles.

Sa réalisation correcte et son maintien sont primordiaux car tout relâchement est la porte ouverte à la réémergence de certaines épidémies. De même la prise de vermifuge ou le traitement contre les parasites externes (puces, moustiques, tiques) sont d’usage.

Néanmoins cette médecine ne se cantonne pas qu’à l’immunisation et au déparasitage de nos animaux !!!

Elle vise à prévenir le développement ou ralentir l’évolution de toutes pathologies à tendance chronique : insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, maladies du foie, de la prostate du mâle, arthrose …  et pour lesquelles une prise en charge précoce est déterminante quant à l’efficacité du traitement et l’allongement de l’espérance de vie.

Ainsi, comme pour l’Homme, un suivi médical rigoureux et régulier (annuel à minima) de l’état de santé de votre animal permet de déceler précocement tout signe annonçant l’évolution insidieuse d’une maladie métabolique, endocrinienne, ostéo-articulaire ou d’un processus cancéreux, voire d’un trouble du comportement.

Ce dépistage tient compte des informations collectées en cours de consultation, des résultats de l’examen clinique détaillé de votre animal et d’éventuels examens complémentaires (prise de sang, analyse urinaire, analyse des selles, imagerie) qui pourraient être indiqués en fonction de sa race, de son âge et/ou de ses symptômes.

Ainsi, certaines races de chiens ou de chats peuvent être prédisposées à des pathologies cardiaques, hépatiques ou rénales qui débutent même dès le plus jeune âge : la maladie valvulaire dégénérative mitrale du Cavalier King Charles, la cardiomyopathie dilatée du Dobermann, La cardiomyopathie hypertrophie du Maine Coon, l’hépatite chronique du Labrador, polykystose rénale du Persan… pour n’en citer que quelques unes.

De même, dès l’âge moyen de 7 ans, nos compagnons sont considérés comme séniors donc susceptibles d’être atteints d’affections liées au vieillissement : infection utérine chez la femelle non stérilisée, hyperplasie de la prostate chez le mâle, maladie rénale chronique, hypertension, arthrose, cancer…

Des examens sont désormais à notre disposition pour dépister ces affections afin d’optimiser leur prise en charge, éviter toute complication et favoriser, si possible, leur guérison.

médecine préventive

médecine préventive

Ainsi des bilans adaptés à chaque situation pourront vous être proposés en adéquation avec vos besoins, ceux de votre animal tout en tenant compte de votre budget.

Le choix des examens étant dicté par leur apport diagnostique et non leur coût !

Cependant nous adapterons notre démarche en fonction de vos possibilités afin de trouver le meilleur compromis pour la santé et le bien être de votre animal.