La Stérilisation du Chat Femelle

La stérilisation du chat femelle

1.    La stérilisation en pratique

La stérilisation d’une chatte est également appelée « ovariectomie ». Elle consiste à pratiquer une incision abdominale afin de pouvoir retirer les ovaires de la minette. L’utérus n’étant retiré qu’en cas de pathologie associée. Elle est donc toujours définitive.

Les plaies seront protégées par un pansement collé et une collerette pour éviter tout léchage vous sera fournie si nécessaire. Anti-inflammatoires et anti-douleurs seront utilisés pendant l’intervention et le traitement poursuivi quelques jours suivant celle ci.
Cet acte chirurgical se pratique sur une journée d’hospitalisation et une à deux visites post chirurgicales seront programmées afin de suivre la bonne cicatrisation et retirer les points dans les 12 à 15 jours après la chirurgie.Votre minette devra être mise à jeun la veille au soir (pas de nourriture durant la nuit et le matin précédant l’intervention). L’eau pourra être conservée.
Chat portant une collerette - Fotolia

Chat portant une collerette – Fotolia

 2.     Et la stérilisation chimique ?

L’usage de contraceptifs oraux n’est absolument pas conseillé car ils favorisent le développement d’infections bactériennes de l’utérus (« pyomètre ») ainsi que l’apparition de tumeurs mammaires, ovariennes ou utérines. Leur usage répété peut également favoriser l’apparition d’un diabète sucré ou d’acromégalie. Une complication de fibroadénomatose mammaire (gonflement majeur de l’ensemble des mamelles) est également possible chez les jeunes chattes.

Excepté pour un usage exceptionnel et de courte durée avec suivi médical indispensable dans le cas où une portée est désirée, il est unanimement recommandé de réaliser une stérilisation chirurgicale précoce afin d’éviter l’inconfort lié aux chaleurs (vocalises, excitation, fugues, attrait des mâles du quartier, risques de transmission virale (FeLV, FIV) …) et prévenir toutes ces complications gynécologiques. La stérilisation précoce ayant également un intérêt préventif vis à vis des tumeurs mammaires qui sont chez les chattes le plus souvent malignes et de très mauvais pronostic (cf. 3).

Stérilisation de la femelle - Source Fotolia

 3.    Indications de la stérilisation

Les avantages apportés par la stérilisation dépassent nettement ses effets secondaires ce qui explique qu’elle soit vivement recommandée.

-       Abolition de l’imprégnation hormonale femelle :

La stérilisation empêche évidemment la chatte de se reproduire.

Elle évite aussi la survenue de toutes les modifications comportementales liées aux chaleurs (excitation, frottements, tentatives de fugues, vocalises, agressivité…).

-       Stérilisation préventive :

  • Prévention des infections bactériennes de l’utérus et des mamelles :

L’infection de l’utérus ou «  pyomètre » correspond à une accumulation de pus dans l’utérus. Elle est secondaire à la colonisation ascendante des voies génitales par les bactéries présentes dans le vagin. L’utérus pouvant être fragilisé par la prise de contraceptifs oraux, ces derniers doivent être évités ou utilisés sous contrôle médical. Ainsi la stérilisation est le moyen le plus simple et radical pour éviter de telles complications.

  • Prévention des tumeurs mammaires :

Il a été expérimentalement démontré que la stérilisation précoce avait une influence majeure sur le risque de développer des tumeurs mammaires avec l’âge.  Une chatte stérilisée a 7 fois moins de risque qu’une chatte NON stérilisée de développer une masse mammaire en vieillissant.

  • Prévention des autres tumeurs génitales :

Comme tous les autres organes, ovaires et utérus peuvent également être le siège de développement de processus cancéreux bénins à malins.

-       Stérilisation curative :

Lors de pyomètre, la stérilisation est inévitable et ceci dans les meilleurs délais car cette affection est potentiellement mortelle si elle n’est pas rapidement traitée. L’intervention est alors plus lourde tant par le soutien médical de la chatte qui peut présenter des complications (insuffisance rénale aigüe) que par l’acte chirurgical, l’utérus étant dilaté et de paroi fragilisé par l’accumulation de pus. Les risques de perforation, péritonite septique et choc qui en découlent sont toujours à redouter. L’ovario-hystérectomie est malgré tout curative si tout se passe bien.

De même, tout processus néoplasique affectant ovaire ou utérus indique de retirer l’ensemble de l’appareil génital en vue de son analyse histologique afin d’en déterminer l’agressivité et adapter au mieux la prise en charge de la chatte. Un bilan d’extension préalable sera alors réalisé afin de décider ou non de ce type d’intervention.

 
Port de la collerette - Source Fotolia

Port de la collerette – Source Fotolia

4.    Effets secondaires potentiels de la stérilisation

Comme toute stérilisation, elle peut favoriser la prise de poids en augmentant l’appétit de votre minette et en modifiant son métabolisme alors plus favorable au « stockage » qu’au « brulage » des graisses. Ainsi nous vous indiquerons le type d’alimentation et les quantités à scrupuleusement respecter afin d’éviter ce problème. Toute chatte stérilisée n’est pas obligatoirement en surpoids à partir du moment ou l’on se donne les moyens de surveiller son alimentation et en adapter les quantités afin d’éviter qu’elle ne grossisse.

5.    Conclusion

Les bénéfices en terme de médecine préventive de la stérilisation PRECOCE de la chatte, comme pour la chienne, surpassent les inconvénients.

Il est donc conseillé de la pratiquer avant les premières chaleurs dès l’âge de 6 à 7 mois ou entre 1er et 2éme chaleurs au plus tard, cette dernière option permettant un développement complet de l’animal arrivé à la puberté.

Chaton femelle de 6 mois - Nicea

Chaton femelle de 6 mois – Nicea